Ici.

18 juin

Ca va faire un mois que je suis expat’. En 1 mois, je suis passée par toutes les phases, un peu comme un deuil : le déni, la tristesse, l’euphorie, la culpabilité, l’acceptation, la reconstruction.

J’ai pas tout compris, d’ailleurs. Pourquoi je culpabilisais d’avoir laissé des gens derrière moi. Puis finalement, j’ai saisi que la culpabilité était un sentiment égoïste : j’avais juste peur qu’on m’oublie. C’est con d’être aussi orgueilleux non ?

Et d’ailleurs, c’est à moitié vrai. Les gens qui t’aiment ne t’oublient pas – comment pourraient-ils ? – et ceux qui ne t’aiment pas le font. Subrepticement, le lien s’étiole, ce que tu croyais être de l’amour était de l’attachement, peut-être, un lien imaginaire, une habitude au goût amer.

C’est triste – parfois – mais c’est pas grave, parce qu’ici on oublie tout, on décroche de tout.

Je me sens exactement à ma place, maintenant. Là où je devais être. Et pour le reste, advienne que pourra.

Ici, y’a plus d’ailleurs.

3 Responses to “Ici.”

  1. Isma 18 juin 2013 at 10 h 51 min #

    C’est beau , tu t’es senti l’âme poète aujourd’hui !!

  2. C 18 juin 2013 at 13 h 33 min #

    Je plussoie cet article, mes 6 mois d’expatriation, donc je suis revenue il y a 2 mois maintenant, ont été les 6 mois les plus salutaires de ma courte existence. Profites, le temps et la distance feront le ménage pour toi, respires, et fais un fuck au passé.

  3. CarnetsdeSeattle 18 juin 2013 at 22 h 42 min #

    En un mois j’ai l’extrême tristesse de te dire que tu n’es pas passée par toutes les phases :) Et désolé d’avance de faire le vieux con!
    Des phases, en expatriation, il y en a à 6 mois, 1 an, 3 ans, 5 ans, 20 ans… Ce qui est marrant d’ailleurs, c’est que c’est à peu près les mêmes pour tout le monde, et je me rappelle d’autres expat avoir laissé à peu près le même commentaire sur mon blog à a peu près la même période d’ailleurs.

    Je suis assez surpris qu’en 1 mois tu ai l’impression d’en avoir vécu autant, c’est vrai que c’est intense au début, mais les relations avec tes « proches » vont encore évoluer très nettement dans les prochaines mois/années… Pour l’instant ce sont de longues vacances. C’est très clairement une expérience qui permet de cerner précisément ou l’on en est en tout cas. Rien que pour cela, c’est à vivre.

Leave a Reply