Il était une fois…

20 août

20 août  – Canicule – Reprise du taf. Rayez la mention inutile.

Il ne manque que du zouk et on a la parfaite combinaison des 9 Cercles de l’Enfer.
Bref, une journée à ne pas foutre un tapin ukrainien sur le trottoir.

Pour vous réconforter, j’ai décidé de vous raconter une belle histoire – une fois n’est pas coutume.

Previously : En 2012, le marché de la drague est impitoyable. Les filles sont devenus couillues, les hommes sont sensibles comme Larusso et tout le monde est un bâtard, tout sexe confondus. Autant dire que si tu t’es pas maqué avant 2009, ton avenir amoureux est sombre et brumeux comme la maison de campagne de Voldemort. Chouette lieu de villégiature, s’il en est.

C’est dans cette terrifiante configuration amoureuse que les trentenaires célibataires, déçus par le passé par une pute ou un connard (rayez la mention inutile, toujours), se retrouvent réduits, bien malgré eux, aux illusions déchues et aux plans culs d’un soir. Voire moins.

Mais, une fois tous les 1000 ans, la magie opère, le miracle se fait, on a un coup de foudre. Le château de Disney, le bordel.

Once upon a time, donc, se passait une soirée shots dans un bar de Châtelet.

Elle est là, robe en cuir, se trémoussant sur les rythmes de « Peaches & Cream » de 112, un peu tipsy déjà. La sublissime barmaid aux cheveux de feu (moi, en l’occurrence), ne la fait pas payer. Elle est triste, au bar, elle sort d’une relation anxiogène de deux ans, elle crushe complétement sur un mec inaccessible. La loose et la déception amoureuse se soignent par verre de 4 cl.

Lui est en dehors du bar. Ce soir, il veut rentrer direct, pas envie de boire ce soir. Mais l’été indien aidant (et des potes qui l’incitent à boire « juste un verre »), il se dirige vers le bar.

Ce même bar où la BARMAID ARCHI JOLIE joue à Cocktail, avec quelques difficultés.

La barmaid, jamais à court d’idées, met son Ipod sur une playlist un peu plus wild. Si les filles dansent, les mecs commandent et à moi Broadway !

« I’m a Slave 4 U » de Britney . La jeune fille du bar, se lâche, monte sur le bar, sa robe en cuir un peu trop courte. Elle est survoltée.

Le jeune homme est en train de commander un shot appelé La muerte (non, vous ne voulez pas savoir ce qu’il y a dedans, je vous jure).  On ne sait comment, 35 minutes après ils s’embrassent dans un coin un peu plus isolé. 30 et 32 ans. Bravo la crise d’ado en retard.

Ils se quittent, chacun certain de ne jamais se revoir. Mais ils se revoient.

Long story going short… Il lui demande sa main 3 mois plus tard. Elle accepte. Il se trouve le plus chouette appartement parisien, prenne un connard de chat.

Aujourd’hui, ils préparent leur mariage, la jolie barmaid cherche une robe de témoin, le chat grossit, l’amour est sauf.

Moralité : C’est rare, mais le bonheur, ça arrive.

 

No comments yet

Leave a Reply