J’ai testé pour vous : Les apéros du jeudi au Trinquet

1 juin

Vous connaissez le Trinquet ? Si non, c’est assez normal.

Voilà ce que dit le site, en guise de présentation :

« Venez découvrir un petit coin qui respire le jambon-piperade, pas loin de chez vous, dans le Sud-Ouest…de Paris ! Saviez-vous que la Porte de St-Cloud abrite un des plus beaux complexes de pelote basque de France ? » Ca vous fait pas rêver ça ? Si ? Non ? Ne se prononce pas ?

Donc toute la semaine, au Trinquet, tu peux tranquillement jouer à la pelote. Ou à la belote. Bref, tu joues, quoi. C’est en plein air et ça contient 200 personnes (à vue d’oeil, j’ai pas compté).

Mais, le jeudi, c’est un peu The Place To Be du PAF. Genre « y’a toute la télé », quoi (à lire avec une voix nasillarde, sinon c’est pas super drôle (déjà que c’est pas super drôle)). Putain je viens de faire une Inception de parenthèses….

J’y avais déjà été l’année passée et je me rappelle de 2 choses :

1 – Le DJ avait passé « Nas Is Like »

2 – Le port des talons est dangereux sous peine de rupture des ligaments croisés

J’avais le pot de départ de ma pote Mel, on a donc décidé d’aller au Trinquet, tôt, pour pas faire la queue…

On arrive dans un Trinquet déjà bien rempli. Point de Nas à l’horizon, musicalement s’entend. Mais pas que. A 1000 lieues à la ronde, des mecs en chemises. Ils se la jouent décontract’ mais MOI je SAIS. Mec, je t’ai vu, à l’entrée, enlever ta cravate en scred et la mettre dans ta poche. Donc, tu veux nous faire croire que tu bosses dans une entreprise de geeks cool et que t’es bien monté, en plus.

Je crie au fake, je crie à l’arnaque. Enfin, bon, j’m’insurge de ouf, quoi.

Je suis donc là, plantée au milieu du Trinquet, coca light à la main, en jean / Jordan 6 Infrared. Calmement quoi. La meuf est smooth, j’attends qu’un son autre que de l’électro passe.

Alors, je regarde les meufs autour de moi. Ca ne m’avait pas sauté aux yeux au premier abord, j’étais trop occupée à rire des mecs.

Mais… Mais… C’est toutes des putains de Marie-Chantal ! Petite robe portefeuille, mules (j’ai mis du temps a retrouver le terme exact), rang de perles, elles rient à gorge déployée… Bon, j’exagère un peu sur le rang de perles mais v’voyez l’idée…

Moi, je suis archi perdue dans le bordel. Je sais pas rire à gorge déployée, en plus, c’est vachement complexant. Tout le monde se regarde du coin de l’oeil, en attendant de spotted LE mec de télé parler avec LA meuf de télé.

C’est à ce moment précis que j’abdique, je jette mon Coca Light pour prendre un verre de rosé. Faut pas charrier.

Je me glisse tel un snake vers le bar, dans l’espoir de m’abreuver et de me sustenter. Je croise alors un groupe de jeunes renois, un peu hipsters, archi beaugosses. Genre des jeunes Lenny Kravitz. Vous visualisez ? Bien.

Là, on se dit tous qu’avec mes Infrared ils vont venir me brancher.  Mais NON. Le renoi hipster, c’est un peu la pire des races des mecs. Ils se sentent au dessus de tout le monde, moi y compris. Ils enlèvent pas leurs lunettes de soleil, ils te toisent, portent des Jordan « parce que c’est hype » et dansent sur de l’électro. Sale race, j’vous dis.

Pour votre serviteur, ça a été la goutte d’eau. Plutôt que de subir les « voir et être vu » et le touchage de nouilles en live & direct, j’ai tourné les talons (enfin c’est une image), empoigné mon sac Alexander McQueen et suis sortie de là.

Stupeur finale. Devant le Trinquet, à 21h, il y avait 200 personnes qui attendaient de rentrer. 200 PERSONNES !

J’ai sauté dans un taxi – la fatigue s’étant emparée de ma frêle personne – et rejoins un hipster, soit, mais la crème de la crème, rue Montorgueil.

Jeudi prochain, je reste avec mes copines à parler de biffle, c’est autrement plus intéressant.

2 Responses to “J’ai testé pour vous : Les apéros du jeudi au Trinquet”

  1. P. Nadal 27 juillet 2012 at 16 h 03 min #

    Vous plaisantez ? Les meufs sont super bonnes !

  2. P. Nadal 27 juillet 2012 at 16 h 03 min #

    Vous plaisantez ? Les meufs sont super bonnes !

Leave a Reply