La difficulté d’être une fille.

25 juin

 

Souvent, j’envie les mecs. Nous, les meufs, on est fait face à une tonne de problèmes quotidiens.

Enumérons : les mecs qui te sifflent dans la rue, les talons, le combo ménage-cuisine-patisserie, la lingerie qui te coupe la circulation sanguine, les règles…

Mais, pour moi, une seule chose est grave, un seul questionnement s’impose à moi, tous les jours que D’ieu fait, depuis une vingtaine d’années : QU’EST-CE QUE JE METS AUJOURD’HUI ?

On est mercredi matin, je suis dans mon dressing, genoux à terre, prostrée. Je regarde avec insistance mes étagères, persuadée que si je regarde assez longtemps un truc va tomber. Rien ne tombe. Bon, je ne suis pas télékinésiste. Cette salope de Carrie au bal du Diable a pu détruire une ville et moi je suis pas foutue de faire tomber un boyfriend jean à la force de mon regard…

J’implore tous les Saints, Jésus, Marie, Joseph, Satan. Rien. Il est déjà 9h10 et je commence à avoir les genoux en feu.

D’ieu a donc réussi à ouvrir la Mer Rouge, mais toujours pas de robe empire (ceci dit pour aller au bureau, c’est pas grave).

9h25, la solution la plus rapide serait de mettre un jogging Adidas, des Pump et un sweat à capuches. J’pourrais, si j’avais pas un rendez-vous à la chaîne, avec les grandes pontes de la télévision.

Je me relève donc (rappelez vous j’étais à genoux, depuis tout ce temps) et me jette, à corps perdu, dans mon armoire.Là, c’est un peu comme au Millionnaire. Tes mains, c’est ton seul atout. T’entends le « tin-tin-tin » de la roue qui tourne en pensant très fort « le million, le million, le million » mais tu sais pertinemment que tu vas choper que 100 000.

Bah les 100 000, en langage fringue, c’est un tee-shirt pourri qui date de ta Terminale, tu sais pas pourquoi tu l’as gardé et tu te rappelles pas vraiment pourquoi tu l’avais même acheté.

La bonne nouvelle, c’est que maintenant que t’es en retard, t’as encore l’occasion de changer de tenue. Jean slim, marcel blanc.

Putain, où est mon soutif blanc ? Merde j’en ai plus… Pourquoi j’ai pas 2 soutifs blancs, moi ? Bon. J’en mets un noir. Non c’est vulgaire. Je mets le rouge, quitte à ce que ça se voit. Nan, ça fait plus vulgaire, ça fait pute de bas étage. Bon, je mets un marcel noir, alors. Nan,  c’est terne. En plus, j’ai plus le temps de me maquiller. Bon. Concentre toi, meuf, concentre toi, merde. Jean : check. Marcel blanc : check. Soutif noir : check. Basket : Ch… ARRRGH NON, j’ai réu.Vas-y j’mets des talons.

Ma réunion commence dans 18 minutes, je suis en talons, donc je ne peux PAS courir pour avoir le métro.

Demain, je me lève à 6h30 pour choisir mes fringues. Chienne de vie (et inversement proportionnel).

 

 

 

 

2 Responses to “La difficulté d’être une fille.”

  1. Virgginie 3 juillet 2012 at 21 h 46 min #

    Je suis Fan…

  2. Virgginie 3 juillet 2012 at 21 h 46 min #

    Je suis Fan…

Leave a Reply