La première fois de Val.

29 mar

Tous les vendredis, LPPM laisse la parole à The Real L Word. Parce que tout le monde aime les meufs qui aiment les meufs.

L WORD PPM

« Ma première fois avec une fille, je l’attendais depuis tellement longtemps… On est début 2010, j’ai 23 ans et toujours pas passé ce foutu cap. En même temps, mon homosexualité,  je l’accepte et l’assume depuis à peine 6 mois. Et au bout de ces 6 mois, croyez moi j’en pouvais plus. Je me rends compte que ça fait 23 ans que je veux me faire une nana.

J’ai clairement envie d’être entre les cuisses d’une femme. Je décide donc d’aller dans mon répertoire et  » Oh tiens donc Ana !  » la fille avec qui j’ai failli sortir au collège et qui m’a toujours vu comme un fantasme. Je reprend contact avec elle. Puis, de fil en aiguille, je l’invite chez moi un soir – ou plutôt chez ma mère. Je suis stressee à l’idée que ma mère soit dans une chambre, mon frère dans l’autre…

Arrive donc (enfin ?) le moment où tout le monde part se coucher : le jeu séduction peut commencer.  Je lui tends des perches. J’ai qu’une envie, qu’elle me colle au mur sauvagement et d’être prise sur la table. Mais Madame joue l’indifférente. Elle le fait exprès pour que je lui cours après. Évidemment ça marche… Je finis par l’attraper par le tee-shirt et la tire vers moi pour l’embrasser. ENFIN.

 Après quelques minutes, la température monte et je lui propose d’aller dans ma chambre  de peur qu’on nous surprenne dans la cuisine. Je nous enferme, les choses sérieuses peuvent commencer. Je veux la déshabiller mais elle refuse. Tant pis, son côté dominateur m’excite. Elle commence par m’embrasser, puis me caresser et surtout me déshabiller. J’ai qu’une envie, en faire autant. Enlever ses fringues, lui donner du plaisir du bout des doigts puis du bout des lèvres mais elle refuse. Elle ne veut pas que je la touche et me dit avec son regard le plus coquin « C’est moi qui m’occupe de toi ».

 Alors oui, il m’arrive d’être une princesse mais pas sous la couette et là clairement j’ai envie de me donner à fond, pas de faire l’étoile. Première frustration. Je suis donc la sur mon lit, nue, et elle entre mes jambes, prête a me donner un orgasme. Je découvre le sexe lesbien… J’aimerais que quelques sons sortent de ma bouche, surtout lors du cunni mais je peux pas. Ma mère est à côté, ça me frustre doublement et je peux même pas lui attraper sa tignasse de cheveux puisqu’ils sont courts. Elle revient vers moi continue à m’embrasser, j’aimerais changer de position et lui monter dessus mais encore une fois elle refuse. Je finis par comprendre que c’est pas ce soir que je vais bouffer de la chatte. Une fois la partie de jambe en l’air finie, me regarde stressée et me demande si j’ai joui puisque je suis muette comme une carpe depuis des plombes. Je mens et lui dis oui, alors que non. Mais je ne voudrais pas froisser son ego. Puis la laisse repartir.

Je m’en sors donc avec un cunni et quelques doigts, mais pas vraiment d’échange, c’est a peine si je l’ai touché. SU-PER. Je suis déçue : c’est pas du tout comme ça que j’avais imaginé ma 1ère fois avec une fille. Limite je me demande si finalement, je ne suis pas hétéro. »

Si vous voulez participer à la rubrique The L Word (anecdote, coming-out, blaguounette), écrivez moi à lapreuveparmoi@gmail.com

 

No comments yet

Leave a Reply