J’ai testé pour vous : le Feng-Shui.

7 jan

 

Samedi, j’ai fais du feng-shui.

Je sais pas si c’est la dernière quinzaine qui m’a épuisée, entre shots de vodka, parties de jambes très en l’air ou junk food bouffée à même mon lit, mais je sentais que mes énergies avaient besoin d’être harmonisées.

Bon, en fait, c’est pas la vraie raison. A la base, je voulais juste nettoyer mon miroir mural. Vous voyez, quand j’ai installé un miroir face à mon lit pour booster ma libido (LOL), j’avais pas pensé aux traces de doigts. C’est ennuyeux, quand même, parce que rapidement, je peux relever les empreintes digitales de tout le monde et je me crois dans CSI : Miami. Pour peu qu’on passe mon lit à la lumière noire, c’est Room Raiders, le bordel.

J’ai commencé par calculer mon Gua, j’ai appris que j’étais une meuf à l’ouest (true story) et que je « synthétise, sous la forme symbolique d’une rose des vents à huit directions, le savoir du Yin et du Yang ». ET OUAIS, MEC, je suis le savoir MOI !

Bref, j’ai voulu nettoyer mon miroir. Puis un autre. Puis j’ai déplacé la commode pour passer un coup de chiffon. C’est là que j’ai décidé de ranger mes produits de beauté. On dirait pas, à me lire, mais je suis une girly girl. J’ai 12 crèmes pour le corps, quelques unes pour le visage (nuit et jour), un produit pour raidir les cheveux, 7 (le même) pour les boucler, 12400 vernis (tous rouge, que c’est idiot), un pot de masque à l’argile, un masque au placenta de mouton, un gommage doux, un gommage féroce, 2 déos, 2 parfums…

Soyons sincères, pourquoi avec un tel nombre de produits je ne ressemble pas à Angie Everhart ? Hein, pourquoi ?

Une chose en amenant une autre, me voilà à poser du gazon chez moi. Ou de la pelouse. Chais pas, je ne connais pas bien la différence. Je ne vais pas épiloguer sur ma pugnacité manuelle, mais n’empêche, la pelouse c’est pas simple à poser sans niquer sa manucure. Cette connerie, ça prend un temps fou et tu te retrouves – Oh stupeur – avec des brins verts dans toute la baraque. J’ai rajouté 2 plantes vertes tropicales, pour faire bonne mesure. J’me sentais comme Tistou les pouces verts, Monsieur Moustache en moins.

Avec du vert chez moi, croyez bien que mes énergies intérieures étaient déjà vachement plus détente. J’vous parle à peine de mes chakras vachement ouverts, contents comme tout, à l’affut. Non, je déconne mais c’est juste vachement reposant, en fait.

Forte du coup de la verdure, j’ai enfin changé ma housse de canap’ (rappelez vous je l’ai acheté ya 3 plombes chez Ikéa). Si vous avez bien lu entre les lignes, vous avez compris que la motivation de ce changement c’est que ma housse noire est devenue une banque de sperme au fil des années. Et que le sperme ça part qu’à l’Hépar ou au Posca.

Je sais pas si c’est très feng-shui, mais, mortifiée de honte, j’avais l’impression de jeter tous mes exs à la poubelle en même temps que la housse (à 250 balles la housse, ça fait chier quand même).

J’ai vachement bien dormi dans ma baraque fraichement feng-shuisée, la nuit suivante.

Je sais pas si j’ai facilité la circulation de l’énergie vitale dans la maison ou si j’ai d’harmonisé les forces de la nature afin de promouvoir la santé, l’harmonie et la prospérité des êtres vivants, mais en tout cas je suis rassurée de pouvoir m’allonger sur mon canapé sans risquer de tomber enceinte.

 Note : Ceci n’est PAS mon chien, j’ai assez de problèmes.

 

No comments yet

Leave a Reply